5 points essentiels pour le succès de votre PitchDeck - Joorney Business Plan
15352
post-template-default,single,single-post,postid-15352,single-format-standard,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-title-hidden,qode_popup_menu_push_text_right,overlapping_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-14.4,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

5 points essentiels pour le succès de votre PitchDeck

  • 1. La taille du document

On nous pose souvent la question suivante : quelle est la taille idéale d’un pitchdeck ? 2 slides ? 10 ? 20 ? 50 ?

A vrai dire, nous n’avons pas de réponse au préalable… Pour autant, il semble cohérent de ne pas en faire 2 ni d’en faire 50. Pourquoi ? Tout simplement car nous parlons d’un pitchdeck et non d’un executive summary ou d’un mémorandum d’informations.

L’objectif de ce document est d’apporter le maximum d’informations en un minimum de temps.

Trop court : il laissera l’investisseur dans une position inconfortable car ayant trop de questions sans réponse.

Trop long : il court le risque que l’investisseur referme le document avant d’avoir pris connaissance de toutes les parties importantes du projet.

Notre conseil : Le pitchdeck est un document synthétique d’environ 20 slides comprenant toutes les informations nécessaires à la bonne compréhension du projet mais qui laisse toutefois suffisamment de questions à l’investisseur pour l’inciter à vous rencontrer.

  • 2. Le contenu des slides

Trop de porteurs de projets utilisent le pitchdeck comme un livre. Donner beaucoup d’informations ne signifie pas pour autant écrire des paragraphes entiers sur chacune des slides.

Il est important de bien re contextualiser le pitchdeck :

Ce document a vocation à donner envie à l’investisseur de se plonger dans le business plan, qui lui est un document complet présentant le projet dans le détail.

En aucun cas, il n’est recommandé d’ajouter au pitchdeck des paragraphes alourdissant la lecture.

Notre conseil : soyez synthétique, allez à l’essentiel et jouez sur le visuel. Parfois, un schéma en dit d’avantage qu’un paragraphe. N’oubliez jamais que ce document est un outil de séduction, n’effrayez pas votre lecteur avec 20 slides d’écriture…

  • 3. L’histoire

Comme mentionné précédemment, le pitchdeck est un outil de séduction. En effet, il semble évident que la finalité du document est d’obtenir l’accord d’un investisseur à poursuivre le processus.

Les jeunes entreprises, ne disposant pas de vécu et donc d’histoire entrepreneuriale, ont trop souvent tendance à exposer leur idée et leur concept sans en expliquer la source.

Pourquoi cette idée ? D’où vient-elle ? Comment a-t-elle mûri ?

Bien des investisseurs se laisseront séduire par votre histoire, le développement de votre idée et votre démarche intellectuelle pour en arriver à cette étape.

Notre conseil : expliquez les origines de votre projet : constat, problématique, solution, évolution de votre réflexion… Enjolivez votre histoire sans jamais la dénaturer.

  • 4. La demande de financement

Nous arrivons au nerf de la guerre, les financements. En effet, l’ensemble du document est construit dans ce but.

Il arrive très souvent que nous ayons des discussions avec les jeunes entreprises concernant ce point. Connaissez-vous cet adage qui dit : « La gourmandise est un vilain défaut » ? C’est bien vrai…

Nous entendons souvent des investisseurs qui voient des besoins de financement fous pour des projets n’ayant toujours pas fait la preuve de leur concept. L’investisseur ne sera pas réticent à financer un projet si les montants nécessaires restent en cohérence avec le vécu de l’entreprise et surtout avec les projections financières futures du projet.

Notre conseil : ne soyez pas trop gourmand dans votre demande de financement, gardez une cohérence entre votre vécu, votre demande et vos projections. N’oubliez pas que tout au long de votre parcours entrepreneurial, vous aurez l’occasion de lever des fonds lors de nouveaux tours de table. Il est alors inutile de tout miser sur votre première levée au risque d’effrayer vos investisseurs avec des montants disproportionnés.

  • 5. Le visuel

L’un des meilleurs leviers pour conserver votre public engagé est d’utiliser un pitchdeck bien conçu. Les visuels sont essentiels pour transmettre rapidement les informations essentielles : infographies, organigramme, images, icones, etc.

Attention toutefois, le visuel ne consiste pas uniquement à illustrer, il doit apporter une plus-value au document. Il doit dès lors être correctement choisi, positionné stratégiquement et être pertinent au regard de l’idée développée.

Notre conseil : N’hésitez pas à prendre le temps qu’il faut pour bien choisir votre visuel, la bonne image, la bonne icone, le bon graphique… N’oubliez pas qu’une image vaut parfois mille mots !

Voir exemple Présentation-Investisseurs (Pitch Deck)

Présentation-Investisseurs-PitchDeck

L’équipe Joorney Advisory

Tags:
No Comments

Post A Comment

CONTACT US

We are here to answer any questions you may have. Reach out to us and one of our consultants will be in touch with you immediately.

SUPPORTING GROWTH

 

“We offer services, built on trust. In this competitive and fast moving world when people share their most valuable business information with us, they trust their ideas/clients will get the support they need to move forward  reach the desired destination on their personal and professional journey. We support and respect people who move forward and make the necessary effort to develop themselves and their companies.”

MIAMI

407 Lincoln road Suite 2k
Miami Beach, FL 33139

NEW YORK

1441 Broadway Suite
5049A New York, NY – 10018

FRANCE

43 Blvd Georges Seurat
92200 Neuilly Sur Seine/td>

SAN FRANCISCO

567 Sutter Street
San Francisco, CA 94102